Rôle du lysosome et impact de la couronne de protéines dans la toxicité pulmonaire des nanoparticules

Avec l’essor des nanotechnologies, de plus en plus de nanoparticules (NPs) sont développées pour des applications industrielles ou biomédicales. Notre équipe travaille à la conception de NPs permettant à la fois, la vectorisation de principes actifs thérapeutiques et le diagnostic par imagerie médicale (NPs théranostiques). Cette recherche porte sur le poumon et inclut des études toxicologiques dans le but de concevoir des NPs sûres. En effet, les NPs peuvent avoir des effets cellulaires et tissulaires indésirables. Entre autres, après leur entrée dans la cellule, les NPs s’accumulent dans les lysosomes, où elles peuvent induire une perte d’intégrité du lysosome se traduisant par le relargage dans le cytosol de protéases et de protons responsables d’un stress oxydatif et de l’activation de l’inflammasome NLRP3. Dans les fluides biologiques, les NPs sont rapidement recouvertes de protéines formant ce que l’on appelle, le « protein corona ». Les caractéristiques des NPs (composition, charge, chimie de surface) déterminent l’identité de cette couronne. A l’inverse, l’identité et le devenir de cette couronne peuvent affecter la façon dont les NPs interagissent avec les cellules et le lysosome.

Dans ce contexte, l’objectif du projet de recherche auquel la personne recrutée se joindra, est d’étudier l’interaction des NPs avec les lysosomes, le rôle de la couronne de protéines dans cette interaction, et les conséquences toxicologiques de cette interaction dans le poumon. Ce projet, financé par l’ANR, est développé dans l’UMR 7199, basée à la Faculté de Pharmacie, sur le campus d’Illkirch. Il porte sur des NPs de carbone, les carbon dots, développés par le laboratoire pour des applications de délivrance de principes actifs thérapeutiques. Il consiste à étudier : 1-la capacité de ces NPs à adsorber des protéines à leur surface et le devenir de la couronne de protéines en conditions lysosomales, 2-le trafic de ces NPs vers les lysosomes, 3-l’effet de ces NPs sur l’intégrité et la fonction lysosomales dans des modèles in vitro (macrophages) et in vivo (souris normales et modèle murin d’asthme), et 4-l’effet de ces NPs et l’implication du lysosome dans la réponse à l’allergène in vitro (cellules dendritiques).

Le(la) candidat(e) devra avoir une bonne formation en biologie cellulaire et moléculaire et des connaissances en physiologie/physiopathologie. Une connaissance des approches protéomiques serait un plus. Il(elle) devra montrer un intérêt marqué pour la recherche à l’interface des sciences du vivant et de la chimie. L’aspect multidisciplinaire du projet (analyse physico-chimique des particules, études in vitro et in vivo, toxicologie) et l’expertise reconnue de l’équipe d’accueil dans ces différents domaines constituent un atout important pour la formation d’un jeune chercheur et son ouverture à des problématiques de recherche à l’interface chimie-biologie dans le domaine du médicament.

Type de poste : Post-doctorat
Date d’entrée en fonction : 1er décembre 2021
Durée du projet : 1 an
Compétences techniques : analyse protéomique ; culture cellulaire ; essais de cytotoxicité (viabilité, intégrité et fonction lysosomales, autophagie, inflammation) ; électrophorèse et western blot ; cytométrie en flux ; microscopie confocale.

Candidatures (CV, lettre de motivation et lettres de recommandation) à adresser par mail à :

Françoise Pons (pons@unistra.fr) et Carole Ronzani (ronzani@unistra.fr)
Laboratoire de Conception et Application de Molécules Bioactives – UMR 7199 CNRS-Unistra Équipe « Vecteurs : Synthèse, Applications & Toxicologie »
Faculté de Pharmacie, 74 route du Rhin, F-67401 Illkirch
https://camb.cnrs.fr/vsat/